• Lettre à mon grand père...

    Une plume qui sort de son encrier...Il y a des jours comme ça, on ne sait pas pourquoi des sentiments ressurgissent de manière trop forte... cela fait quelques temps maintenant que ces quelques lignes souhaitaient être écrites, ce soir alors que j'étais partie pour m'endormir je me suis relevée d'un seul bond, j'ai pris le portable sur les genoux, ouvert une feuille blanche et les mots ont glissé sans même que j'ai besoin de réfléchir... voilà ce que j'ai envie de dire ce soir à mon cher et tendre grand père qui n'est plus parmi nous depuis quelque temps. 

     

     

    Il y a des évènements bien plus agréables sur lesquels on peut écrire que la disparition d’un proche, néanmoins cela reste un des meilleurs moyens pour évacuer nos peines.

     

    La perte d’un être cher entraine une douleur intense et forte sur le moment, et bien qu’elle s’amenuise avec le temps, elle reste présente à chaque instant.

    Des gestes, des mots, des odeurs, des objets…peuvent la faire ressurgir par surprise sans que l’on s’y attende.

     

    Voilà maintenant presque 9 mois que toi, mon adoré grand père tu t’en es allé. J’ai été frappé de plein fouet lorsque nous avons appris que tu nous quitterais rapidement… Je tenais tant à ce que tu puisses voir ton arrière petite fille, j’aurais tant voulu que tu puisses la prendre dans tes bras et que tu lui chantes La Bohème… je t’entends encore la chanter alors que tu préparais un gâteau en écoutant la radio… J’aurais tant voulu profiter de toi encore quelques années… la vie en a malheureusement décidé autrement.

     

    Aujourd’hui encore, réaliser que tu n’es plus là, créé en moi une sensation étrange, il m’est difficile d’admettre que tu ne répondras plus « Ah ma cocotte ! C’est toi ! » lorsque je prends le téléphone pour prendre des nouvelles.

     

    Tu avais beau avoir un caractère un peu bougon et râleur, tu avais un cœur gros comme ça, tu nous as donné de l’amour, tu nous as gâté autant que tu as pu, pour ma part certainement beaucoup trop, tu nous as appris à apprécier ce que l’on avait, et à nous battre lorsqu’il le fallait. Tu étais là pour nous dire à quel point tu étais fier de nous, pour nous soutenir dans nos chemins respectifs.

     

    J’entends encore le son voilé et un peu métallique de ta voix, je vois tes petits yeux noisettes brillants et si expressifs, les mots n’étaient pas nécessaires pour savoir ce que tu pensais. Je sens encore le goût de ton ragout d’agneau, j’entends le son des coups de marteaux lorsque tu bricolais, et je revois ton visage et le sourire qui s’y trouvait lorsque tu voyais toute ta tribu réunie…

     

    Tout ça pour te dire mon cher papy, que tu me manques terriblement, je sais que tu ne souffres plus et que tu reposes en paix. Cela adouci quelque peu la douleur qui sommeille en moi, et qui a énormément de mal à disparaître.

     

    Aujourd’hui je possède un objet très précieux que tu as fait de tes propres mains, c’est un bien qui vaut bien plus cher à mes yeux que bien des choses en ce monde, c’est un des héritages que tu m’as laissé parmi tant d’autres.

    C’est un petit bout de toi que j’ai tout près de moi, et qui me fait du bien.

     

    Merci à toi d’avoir été un grand père juste, droit, présent, et surtout aimant.


    Merci pour tout ce que tu nous as appris et transmis.

     

    Merci d’avoir été toi.

     

     

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :